Foire aux questions

_LEU2712-2_c_CreditsPhotos_C.Leutenegge_La Source

Vivre en Suisse

Au cœur de l’Europe, la Suisse se divise en trois zones géographiques: les Alpes, le Plateau et le Jura. La diversité des paysages et des habitats contribue à l’attrait du cadre de vie et de la place économique helvétique.

Fin 2020, la population résidente permanente de la Suisse a atteint 8’670’300 personnes. Les quatre langues nationales de la Suisse, c’est-à-dire l’allemand, le français, l’italien et le romanche, témoignent d’un plurilinguisme vécu au quotidien.

Dans l’Etat fédéral suisse, le système fédéraliste et la démocratie directe sont un gage à la fois d’individualité et de cohésion. La Suisse mène une politique extérieure active, notamment vis-à-vis de l’UE. La neutralité suisse et sa tradition humanitaire lui permettent d’assumer un rôle de pays hôte des organisations internationales et d’exercer des mandats de puissance protectrice.

Plus d’informations sur: Découvrir la Suisse (DFAE)

Tu veux tout savoir sur le permis de travail, l’autorisation de séjour de longue durée, le déménagement, l’acquisition d’un logement ou d’un terrain, l’impôt à la source, les assurances sociales, le regroupement familial ou le séjour en Suisse sans activité lucrative?
Alors rends-toi sur la page dédiée du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE): vivre en Suisse

Tu souhaites connaître le taux de chômage des personnes diplômées des hautes écoles? Rends-toi sur la page de l’Office fédéral de la statistique (OFS) qui y est dédiée: Hautes écoles: taux de chômage

Tu préfères te référer à des images? Alors découvre la Suisse en 23 infographies sur la société, l’économie, l’espace et l’environnement

Vivre dans le canton de Vaud

Au sud-ouest de la Suisse, le canton de Vaud s’étend entre les lacs Léman et de Neuchâtel, les Alpes et le Jura. Situé dans la région du Léman, il fait partie de la Suisse francophone, qu’on appelle plus souvent Romandie.

D’une superficie de 3212 km2, c’est le plus grand canton romand et l’un des plus vastes des 26 cantons que compte la Suisse. Ses voisins sont la France, ainsi que les cantons suisses de Genève, Neuchâtel, Fribourg, Berne et le Valais. Parfois décrit comme un résumé de la Suisse, le territoire vaudois forme un bel équilibre entre villes, campagnes, lacs et cours d’eau, vignobles et montagnes des chaînes alpine et jurassienne.

Lien vers le portrait du canton ici

Superficie
Superficie totale: 3212 km2 (7,8% du territoire suisse)
Surface agricole: 1336 km2 dont 39 km2 de surface viticole
Surface forestière: 1037 km2
Surface improductive: 516 km2
Surface d’habitat et d’infrastructure: 321 km2

Altitudes
Point le plus élevé: Les Diablerets (3209 m)
Point le plus bas: Lac Léman (372 m)

(Source: OFS, Statistique suisse de la superficie

Découvre tout sur l’économie, le sport, le tourisme ou le terroir du canton sur Vaud.ch.

Arrivée dans le canton de Vaud
Les quatre premières choses à faire lors de ton arrivée dans le canton de Vaud: rends-toi ici.

Arrivée à Lausanne, par exemple
Tu disposes d’un délai de quatorze jours pour t’inscrire et te présenter personnellement auprès du Service du contrôle des habitants.

Qui est concerné? Ces démarches te concernent si tu souhaites résider plus de trois mois à Lausanne.

Comment faire? A ton arrivée, tu dois te présenter personnellement au guichet, les procédures varient selon certains cas de figure: inscription auprès de la commune de Lausanne

Etudier en Suisse

Les taxes d’études varient selon les institutions, généralement entre 500 et 2000 francs par semestre, parfois davantage pour les étudiantes et étudiants étrangers. Pour de plus amples informations, tu peux te référer directement à l’institution concernée ou au site de swissuniversities.

Si tu es issu d’un pays non concerné par l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) et que tu souhaites venir étudier dans le canton de Vaud, tu dois compléter ou faire compléter par l’école le formulaire de demande d’autorisation temporaire pour études.

Ce formulaire est également disponible en anglais: English study request form for non EC/EFTA nationals.

Les conditions d’admission sont spécifiques à chaque haute école, qu’elle soit accréditée ou non accréditée. Tu peux te référer directement au site internet de l’institution en question.

Si tu cherches à faire reconnaître un diplôme étranger en Suisse, reportes-toi aux indications fournies par le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI).

Etudier dans le canton de Vaud

Divers sites internet te permettent de chercher et trouver un logement dont la FMEL, plateforme logement de l’UNIL.

Les langues pratiquées dans les hautes écoles sont en fonction du domaine d’études. L’enseignement donné est généralement en français, parfois en anglais, avec des lectures dans les deux langues. Dans certains cursus, les lectures peuvent être en allemand.

Les hautes écoles vaudoises proposent habituellement une bourse aux jobs d’appoint pour leurs étudiantes et étudiants. Par exemple, à l’Université de Lausanne: jobs d’étudiant ou encore à la HETSL: emploi

Outre ces bourses d’emploi, certains moteurs de recherche sont reconnus dans la région, tels que Job up ou Emplois Vaud.

Pour les étudiantes et étudiants suisses souhaitant étudier à l’étranger

Si tu dois disposer d’un diplôme authentifié puis légalisé à destination de l’étranger, la Direction générale de l’enseignement supérieur puis la Préfecture du District de Lausanne sont tes deux interlocuteurs successifs nécessaires: «Demander l’authentification de diplômes des hautes écoles vaudoises pour l’étranger».

Les exigences des hautes écoles quant au diplôme d’entrée exigé – et dans certains cas également quant aux branches étudiées, aux notes obtenues, au niveau de langue minimal – diffèrent selon les pays et, au sein d’un même pays, également selon les hautes écoles. C’est la raison pour laquelle il n’est pas possible de donner une réponse précise.

L’institution de formation de niveau tertiaire choisie est souvent seule compétente pour les décisions d’admission. C’est donc à elle de statuer sur l’admission et de communiquer les modalités qu’elle applique. Ainsi, en cas de projet d’études à l’étranger, il est recommandé de prendre contact le plus rapidement possible avec le service d’admissions de la haute école choisie pour clarifier les exigences d’admissions.

Plus d’informations sur la thématique des diplômes suisses à l’étranger

Pour les étudiantes et étudiants de nationalité suisse ayant vécus à l’étranger et revenant en Suisse

En Suisse, l’exercice de certaines professions est réglementé. Sont considérées comme réglementées les professions dont l’exercice est réglé par la loi, à l’exemple des professions de la santé. C’est-à-dire que pour exercer ces professions, la possession de qualifications professionnelles déterminées est nécessaire (diplôme, certificat, attestation de capacité, etc.). La reconnaissance du diplôme étranger par une autorité compétente – le SEFRI en Suisse – est dans ce cas indispensable.

Si la profession n’est pas réglementée en Suisse, la reconnaissance d’un diplôme par le SEFRI n’est pas obligatoire pour exercer légalement cette profession en Suisse. Par exemple, les professions dans les domaines de l’industrie, des arts et métiers, de la vente, du commerce, de l’hôtellerie et restauration, de la construction, etc., ne sont généralement pas réglementées. Par conséquent, la décision d’engagement appartient à l’employeur en fonction des spécificités du marché du travail et de ses besoins. Dans ce cas, le ou la titulaire peut faire reconnaître ses qualifications professionnelles. Il ou elle peut exercer son métier et postuler à des offres d’emploi directement avec son diplôme étranger.

Pour des diplômes étrangers d’une haute école qui donnent accès à une profession non-réglementée, les titulaires ont la possibilité de faire une demande de recommandation de reconnaissance du diplôme. swissuniversities, l’organisation faîtière des hautes écoles suisses, peut établir une recommandation de reconnaissance à l’attention de personnes à la recherche d’un emploi. Cette recommandation de reconnaissance est une évaluation comparative qui n’engage pas juridiquement. En Suisse, il n’existe pas de reconnaissance pour des diplômes qui donnent accès à une profession non-réglementée.

Ces deux procédures ont lieu une fois le diplôme obtenu, et non pas avant le début des études.

Aucune garantie ne peut être fournie quant à la reconnaissance d’un titre de formation étranger par une autorité compétente suisse.

En effet, toute reconnaissance de diplôme passe par un processus individuel. Chaque dossier est examiné spécifiquement. Divers critères sont pris en considération en fonction de la base légale applicable, des particularités de la formation, voire de l’expérience professionnelle. De plus, tant la législation que les procédures internes pourraient faire l’objet de modifications d’ici à la date d’obtention du diplôme. Pour ces raisons, il n’existe aucune «liste» des formations, respectivement des institutions, reconnues. Une exception existe toutefois pour les domaines de l’architecture, de la médecine, de la médecine dentaire, de la médecine vétérinaire, de la pharmacie, des soins infirmiers et de l’aide à la naissance. Pour ces professions réglementées, dites sectorielles, les standards de formation sont harmonisés au niveau européen. En conséquence, il existe une liste des qualifications automatiquement reconnues. Celle-ci se trouve dans la Directive 2005/36/CE émise par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne.